Chicza - Les producteurs

Les producteurs de gomme à mâcher, les gardiens de la forêt tropicale.

C’est dans la deuxième forêt tropicale du contient, El Gran Petén, que les producteurs de Chicza sont implantés ; connus localement comme les chicleros. Cette activité basée sur l’agriculture durable a contribuée à la conservation de la jungle mexicaine de la Péninsule du Yucatan, berceau de la culture Maya, terre du Jaguar et d’un des plus riches écosystèmes de la planète.

Producteur Chewinggum bio

Chicza : une fierté pour le développement durable.

Dans les régions du Quintana Roo, Campeche et Yucatan, les forêts ont survécu et avancé jusqu’atteindre une extension de 1,3 millions d’hectares. C’est un progrès énorme comparé aux autres zones du pays, où les 80% des jungles originelles ont été perdues à cause de l’abattage des arbres, l’élevage et l’activité agricole, incompatible avec l’écosystème.

Ces terres, berceau de la culture Maya, hébergent un des plus riches écosystèmes de la planète et ses littoraux font partie de la barrière corallienne américaine, la deuxième du monde par sa taille et variété d’espèces.
L’exubérance de ces terres semble contredire l’argument qui prétend qu’il vaut mieux éviter la présence humaine pour la conservation de l’environnement. Quand les communautés ont conscience de l’importance de leur environnement en tant que source d’abondance et réussissent une gestion durable des activités économiques, elles arrivent à cohabiter en harmonie avec la nature et elles sont les premières à protéger ses ressources. C’est le cas des habitants de ces jungles où se trouvent les arbres dont on extrait le latex pour produire la gomme à mâcher. Ces communautés qui, depuis plus d’un siècle, vivent de l’extraction de la sève du Sapotillier sont aujourd’hui réunies dans une même coopérative.

La gomme à mâcher est obtenue en faisant bouillir le latex pour le déshydrater, lequel est étiré manuellement pour avoir une pâte qui est placée dans des moules carrés appelés « marquetas » où elle refroidisse. Les marques les plus courantes et commerciales utilisent des polymères, il n’y a plus de la gomme naturelle dans leurs compositions.

La gestion durable de cette technique ancestrale a été une réussite non dépourvue des certaines menaces d’ordre naturel, sociale ou économique. Le choix stratégique a été d’évoluer, de s’adapter aux conditions changeantes du monde global. La demande grandissante des produits bio dans le monde a été une opportunité que la coopérative a su saisir pour donner de la valeur ajoutée à la matière première qui pendant un siècle, a été vendue tel quelle. Il y a cinq ans, la collectivité s’est donné à la tâche de maîtriser la technique et d´être capable de produire une gomme à mâcher 100% naturel, biodégradable, et certifié Bio: le premier chewing-gum bio jamais fait!